Photo_Fond

Voix haute / Voix basse

Atelier


Prochaine date

29 Mai 2017 - Nantes

 

 

 Nantes / 2016-2017

 

Les réunions de l’atelier Voix haute/ Voie basse, auront lieu à 42 rue des Hauts-Pavés (au fond de la cour) , salle C. , à 20 h. 45.

 

Toutes les dates


  • 12 Septembre 2016

    3 Octobre 2016

    7 Novembre 2016

    5 Décembre 2016

  • 30 Janvier 2017

    27 Février 2017

    6 Mars 2017

    20 Mars 2017

  • 27 Mars 2017

    24 Avril 2017

    29 Mai 2017

    26 Juin 2017

Argument


« …Lorsque je me trouve à la table du directeur à laquelle je prends désormais mes repas, bien des situations fâcheuses survenues du fait de miracles s’éliminent ; je veux surtout parler des fameux accès de hurlements ; j’ai l’occasion, en effet, dans ces moments-là, de participer à des conversations qui se tiennent à voix haute, et j’ai la possibilité de me présenter à Dieu en possession de la vigueur inaltérée de mon jugement… » 

Daniel Paul Schreber [1]

 

 

Daniel Paul Schreber, dans ses écrits, rapporte constamment son récit à la présence des voix, à celles qu’il entend, à celles qui lui coupent la parole, à sa voix qu’il doit taire, à la voix devenue «  hurlements » pour masquer d’autres voix. L’expression    « parler à voix haute » [3] revient souvent. Danger de la voix  haute ou victoire de parler à haute voix ? Variations.

Lire à haute voix son texte, dans des passages choisis dans l’atelier, est une façon de reprendre à la lettre ce que note Jean Allouch du projet contemporain du colloque de Cerisy [4] : celui de « rendre à Schreber sa propre voix ». Projet dont cet atelier est une autre tentative de méthode …

Il s’agit ici de faire confiance à Schreber d’avoir vécu une expérience fondamentale au regard de la voix et de tenter, grâce à ce qu’il en dit de subtil et d’éprouvé, d’en appréhender les divers surgissements.

À y mettre aujourd’hui sa propre voix, donc à opérer des déplacements inouïs, qui occasionnent évidemment des pertes, (la matérialité de la voix même de S.), on peut attendre des effets inédits : une proximité au littéral, au rythme de la langue, au souffle, aux automatismes de la langue, aux mécanismes créateurs de langue, à lalangue, ( si l’on tient compte de l’allemand de S.).

Car s’il s’agit bien  d’un « écrit », n’y a-t-il pas de l’écrit dans une parole, comme on en juge dans une analyse, qui ne se passe pas de la voix des « acteurs » du divan au fauteuil et vice-versa, et n’y a-t-il pas une voix dans un écrit si engagé ?

On entend que l’expérience appelle à opérer une autre rencontre, celle des poètes ou écrivains-poètes, contemporains ou contemporains par leurs lecteurs, ceux  dont la voix est au cœur du processus créatif, et soutient les variations du ruban … Robert Walser,  avec lequel Yves Arcaix a auparavant  mené un beau travail de promenade au cœur de la cité, Antonin Artaud, Samuel Beckett et James Joyce, dont aucune écriture poétique ne peut éviter «  l’ascendance » qu’il a sur poètes aujourd’hui, sauf à être amnésique. Et Lacan, son phrasé, sa préférence nette pour l’oralité, dont on fait trop peu de cas pour sa langue ?

Yves Arcaix, acteur et metteur en scène, est appelé à mener l’atelier en pratique et à s’associer à ses recherches. Celui-ci ira, chemin faisant, au rythme de ses participants.

Cet atelier est en grande partie lié à l’Atelier/Forum,  « Psychanalyse / Folie / Psychiatrie : dé-tressées ? » qui aura lieu à Nantes, cette même année. Il donne à cette lecture à haute voix du texte de Schreber, une valeur politique.

Les lectures pourront avoir lieu aussi à l’atelier/forum ou au cours de certaines conférences, si cela paraît justifié et possible.

***

[1] Daniel Paul Schreber Mémoires d’un névropathe. Ed. du Seuil, Coll. Points, Paris, 1975, page 305.

[2] Film de Lars Von Trier, 1996. Bess,  pour qui le sexe n’est pas un nom de Dieu et veut que celui-ci  l’accepte…

[3]  Il poussait dans la langue fondamentale des exclamations exprimant l’émerveillement : « Mille tonnerres » et « mille tonnerres et grêles » (ceci dans le parler de nerfs et non pas à voix haute) » p. 151.

[4] Colloque de Cerisy, sous la direction de Daniel Devreese, Zvi Lothane et Jacques Schotte, Schreber revisité, Louvain, PUL, 1998, cité par Jean Allouch in Schreber  théologien. L’ingérence divine II (Paris, Epel, 2013), p.45.

 

 

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES


Les lundis 12 /09, 3/10, 7/11 et 5/12/2016, et 30/01, 27/03, 24/04, 29/05 et 26/06/2017. Excepté le 27/ 02/2017 où l’atelier se tiendra, salle B, Quai Baco.

Participation libre aux frais.

Contact : Annie Guillon-Lévy / École lacanienne de psychanalyse.

/ Tél. Nantes, 02 40 47 31 60.