Photo_Fond

Nantes – Ateliers – Conférences – 2017-2018

atelier/forum


Prochaine date

22 Janvier 2018 - Nantes

L’atelier/forum

 

Psychanalyse / Folie / Psychiatrie : dé-tressées ?

 

 

Maison des associations,

42 rue des Hauts-pavés, salle C,

au fond de la cour d’accueil,

chemin à droite,

à 20h 30.

 

 

 

Toutes les dates


  • 27 Novembre 2017

    5 Décembre 2017

    11 Décembre 2017

    22 Janvier 2018

  • 17 Février 2018

    19 Février 2018

    26 Mars 2018

  • 16 Avril 2018

    28 Mai 2018

    25 Juin 2018

Argument


Psychanalyse/Folie/Psychiatrie, dé-tressées ?

Ces dernières années, depuis la création de la Haute autorité de santé en 2004, l’on constate une propagation invasive de l’idéologie de la science en psychiatrie (la même à tout-va, dans la société occidentale, place partagée au rebours avec des pratiques magiques de tous ordres que l’on eût pu croire dépassées); non pas invasion de la science en tant que telle, mais aggravation de son Autorité sur les pratiques à tous les niveaux, sur la base d’énoncés dont la légitimité scientifique est incontrôlable. L’institution disciplinaire telle que l’a décrite Foucault semble trouver alors un développement inouï dans laquelle la science et la loi s’associent, comme étaient liées sous l’Ancien régime, loi et religion. Or, malgré cette collusion, dans la pratique, le pouvoir médical échappe de plus en plus aux médecins eux-mêmes qui souffrent d’un appauvrissement global de leur discipline. Car si, pour Lacan, « la science est une idéologie de la suppression du sujet[1] », les médecins autant que les autres personnels, et avant tout les patients, sont pris dans une société de contrôle. Lacan poursuit : « Le sujet, à se réduire à la pensée de son doute (il revient sur le cogito) fait place au retour en force du signifiant maître, à le doubler, sous la rubrique de l’étendue, d’une extériorité entièrement manipulable. »

Dans cette manipulation, la psychanalyse est dite non-scientifique, avec la valeur d’un anathème, ce qui fait ressortir la portée idéologique du critère.

  • -Un des objets directs de l’atelier est de faire un portrait de ces mutations et de la façon dont les sujets pâtissent à quelque place qu’ils soient ; places toujours mouvantes[2]. Leurs traversées nouent-elles de nouveaux discours ?

Il est donc urgent que les psychanalystes ne laissent pas à d’autres l’examen critique de leur pratique et quittent la simple défense réactive. Nous opterons encore cette année pour l’association de plusieurs brindilles que nous nous plairons à tisser :

 

  • -Le cas paradigmatique des Mémoires d’un névropathe de Daniel Paul Schreber permet d’aborder un certain nombre de glissements (remove[3]) dans les différents abords du cas depuis le texte princeps sur « un cas de paranoïa » de Freud jusqu’à aujourd’hui. La question qui se pose, bien que se posant ici à travers un écrit, n’est autre que celle-ci : que fait la psychanalyse de sa mémoire ? Que fait la psychanalyse de ses contradictions ? À pareilles questions, on trouvera bien des réponses dans l’examen du frayage[4] de Lacan. Il n’épuise pas le sujet mais son style provoque chacun à se confronter soi-même aux problèmes.

Une chronique sur l’actualité Psychanalyse/Folie/Psychiatrie.

Ce qui sera  » chroniqué  » sera du quotidien, énigmatique, de celui auquel on se cogne, en direct, même si l’on n’en est pas directement témoin, mais on y est quand même, « stupéfait ». Ce qui est visé est de faire une collection. Non pas celle de vignettes cliniques, mais un « work in progress » dont la visée serait d’écrire une chronique collective de la discipline des corps, des langages, des horizons déjetés, dans notre société qui ne cesse pas de commenter ses crises. Minimum de commentaires. Juste dire des faits, des transformations à petits feux, qui investissent même les rêves. Qu’importent les redites, nous partons toujours du point zéro. On pourra envisager de rapporter deux courtes « surprises » chaque mois. Un secrétaire serait chargé de leur réception ? En fait, on le fait déjà plus ou moins. On presse un peu le jus… Pschitt !

 

  • Une fiction viennoise. Marie-Caroline Heimonet fait part sur le vif de ses découvertes autour des rencontres de Fleschsig et Schreber et de l’invention freudienne dans la dissociation qu’opère Freud d’avec le discours inflexible de Fleschisg, où la psychiatrie se situe selon lui comme un «  préalable indispensable à toute théorie physiologique de la moralité ».

 

-Des conférences mensuelles sont prévues. Liées aux questions des ateliers, elles créent avec eux des tracés imprévisibles. La prochaine aura lieu le 18 novembre. Patricia Janody interviendra au sujet de deux de ses publications. Zone frère-Une clinique du déplacement (Paris, Epel), et Hors zone-Une clinique de l’embranchement (même éditeur). Elle sera accompagnée de Clara Lemosof et de Sylvain Maubrun, membres du comité de rédaction des Nouveaux cahiers pour la folie, revue dont elle est directrice. Une psychiatrie qui dévoile ses attendus. Annonces des conférences sur le site de l’Elp.

 

[1] Radiophonie, 5 juin 1970, Autres Ecrits, Seuil, 2001.

[2] Les travaux de Patricia Janody et les Nouveaux cahiers pour la folie sont en ce sens exemplaires (Ed. Epel).

[3] Référence à la théorie des fictions de Bentham. Voir bibliographie.

[4] Jean Allouch, L’amour Lacan.

 

Bibliographie

Daniel Paul Schreber, Mémoires d‘un névropathe, Editions du Seuil, Coll Points, Paris, 1975.

Sigmund Freud. http://www.unebevue.org/l-unebevue-editeur/freud-zone/84-remarques-psychanalytiques-sur-un-cas-de-paranoia. Edition bilingue.

Le Président Schreber. Un cas de paranoïa, Paris, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 2011.

Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, suivi de Premiers écrits sur la paranoïa, Ed. du Seuil, Paris, 1975.

Jacques Lacan, Séminaire III. Les psychoses, Sur le net : Staferla (staferla.free.fr)

Jacques Lacan, Ecrits, D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose, Ed. Du Seuil, Paris, 1966.

Jean Allouch, Marguerite ou l’Aimée de Lacan, Paris, EPEL, 1991.

Jean Allouch, L’ingérence divine II Schreber théologien. Béatitude, volupté, jouissance. Paris, Ed. Epel, 2013.

Jean Allouch, L’Amour Lacan, Epel, 2009.

Guy Le Gaufey, Une archéologie de la toute-puissance, Paris, Epel, 2014.

Maud Mannoni, Le psychiatre, son fou et la psychanalyse, Paris, Éditions du Seuil, 1979.

Revue du littoral N° 40. Témoin Schreber. Epel-edition.com à télécharger.

Cahier de l’Unebévue, Saint Foucault un miracle ou deux ? Ouvrage collectif sous la direction de Mayette Viltard. L’Unebévue-éditeur.

Cahier de l’Unebevue, Écrits inspirés et langue fondamentale, L’Unebévue-éditeur, 1993. Ouvrage collectif sous la direction de Mayette Viltard.

Un dire atopiqueDaniel Paul Schreber, Collectif elp, Epel. 2014.

Actifs Schreber Président , sous la direction de Petitjean, Smith et Thiellement, Fage Editions, 2006.

 

Nantes, le 16 octobre 2017, Annie Guillon-Lévy.

 

Cet atelier est en lien de travail avec un second atelier, Voix haute/Voix basse, qui fait une grande place à la lecture à voix haute. Ce second atelier est accompagné par un comédien, metteur en scène, Yves Arcaix. La lecture de la traduction de Schreber alternera avec la lecture de textes de Lacan qui nous mèneront à la lecture d’une poésie non linéaire…

 

Bibliothèque ecole-lacanienne.net 

Contact: Ecole-lacanienne.net et ELPsychanalyseNantes@free.fr