Photo_Fond

Guattari sans Deleuze : Une interprétation non canonique de la pensée de F. G.

Andamiajes lacanianos nómades


Prochaine date

13 Avril 2024 - Buenos Aires

Proposé par Eduardo Bernasconi et Stella Ocampo

Nous rend visite : Carlos A. Segovia

Toutes les dates


  • 13 Avril 2024

Argument


Échafaudages lacaniens nomades (en ligne)

Eduardo Bernasconi – Stella Ocampo

 

Le samedi 13 avril

Nous rend visite : Carlos A. Segovia

Guattari sans Deleuze : Une interprétation non canonique de la pensée de F. G.

 

Activité bilangue/ français-espagnol

 

Tout au long de notre parcours à travers les textes de Deleuze et de Guattari, nous nous sommes, à Échafaudages lacaniens nomades posés la question, notamment à la lecture des Écrits pour l’anti-Œdipe, de savoir si Félix Guattari pouvait être isolé de son amalgame avec Deleuze. En d’autres termes, y a-t-il Guattari sans Deleuze ?
Et si cela devait se produire, cela peut-il être spécifié ?

Nous sommes heureux de partager le travail de Carlos A. Segovia

 

Argument

Nous avons tous lu Deleuze et Guattari ; et certes, nous avons tous lu Deleuze sans Guattari ; mais l’avons-nous vraiment lu? Je ne parle bien sûr ni de ses livres les plus populaires de Guattari (Le trois écologies, Chaosmose), ni de ses innombrables textes ad hoc, que nous connaissons tous plus ou moins, mais de ses grands livres en solo (L’inconscient machinique et Cartographies schizoanalytiques) et de ses notes manuscrites, dont certaines ont été publiées à titre posthume au cours des vingt dernières années et qui permettent d’éclaircir 1) le refoulement du constructivisme de Guattari par Deleuze et 2) le caractère néo– ou alter-structuraliste plutôt que post-structuraliste des travaux de Guattari (surtout à partir de 1985). Il y a d’ailleurs dans les notes manuscrites et les livres en solo quelque chose à quoi nous continuons à ne pas prêter l’attention nécessaire : les contours, pour ainsi dire, d’une pensée extrêmement complexe et suggestive qui gagne en profondeur philosophique au fil du temps et qui n’est reflétée que de manière fragmentaire, et en partie déformée, dans les livres publiés par Guattari avec Deleuze ; une pensée dont les deux piliers principaux seraient l’ontologie et la philosophie modale, qui soulignent des différences inéluctables avec la pensée de Deleuze. Car si, comme le suggère Lévi-Strauss dans une brève note complémentaire à La pensée sauvage, le geste minimal de la pensée consiste à établir des distinctions sur fond d’une nuit où, sinon, tous les chats seraient gris (chaos primordial ou royaume de l’unité indifférenciée de toutes choses dans lequel rien ne se dessinerait encore), il est clair que laisser un arrière-plan s’élever et tout brouiller et obscurcir, comme le propose Deleuze dans Différence en répétition (que l’on entende par cet arrière-plan un Abgrund ontologique ou temporel), ne peut servir de base à l’articulation d’une pensée qui se veut positive plutôt que négative ou abyssale. Et c’est contre la négativité et la pulsion de mort que Guattari n’a cessé de rêver et penser, tandis Deleuze continuera à rêver jusqu’au bout de déserts dans lesquels disparaître au nom d’une éthique et d’une pensée « sacrificielles », comme il le souligne lui-même dans Critique et clinique. Et ce, malgré le fait que Guattari et Deleuze ont étroitement collaboré au fil des années et malgré l’élaboration d’un langage philosophique relativement commun. Car, en effet, les concepts sont multiples et coïncident dans leurs contours, mais ils le font de manière irrégulière, comme nous le lisons dans Qu’est-ce que la philosophie ? Peut-être le temps est-il enfin venu de lire Guattari d’une manière non canonique, au-delà de Deleuze…

 

Carlos A. Segovia (Londres, 1970) est un philosophe espagnol d’origine britannique qui travaille sur post-nihilisme, métaconceptualité et mythophysique, avec une attention particulière pour les débuts de la pensée grecque, Nietzsche, Heidegger et Guattari. Il enseigne actuellement la philosophie à l’Université Saint Louis du Missouri, campus de Madrid (Espagne). Il a également été professeur invité à l’Université d’Aarhus (Danemark) et à l’Université libre de Bruxelles (Belgique), et conférencier invité au Conseil européen de la recherche scientifique à Gand (Belgique), à l’École normale supérieure (Paris, France), à l’University College London (Royaume-Uni), à l’Université européenne de Saint-Pétersbourg (Russie), à l’Université Ryukoku (Kyoto, Japon) et à l’Université de Lilongwe (Malawi), parmi d’autres institutions. Parmi ses publications récentes : Dionysus and Apollo after Nihilism : Rethinking the Earth-World Divide (avec Sofya Shaikut ; Brill, 2023). Parmi ses publications à venir : Nietzsche’s Pre-Dionysian Apollo and the Limits of Contemporary Thought (à paraître chez De Gruyter), Guattari beyond Deleuze : Ontology and Modal Philosophy in Guattari’s Major Writings (à paraître chez Palgrave Macmillan), et (en collaboration avec Gary Genosko) Félix Guattari and the Ancients : Theatrical Dialogues in Early Philosophy (à paraître chez Bloomsbury, 2024).

*résumé disponible en ligne :
https://www.academia.edu/99372439/Guattari_beyond_Deleuze_Ontology_and_Modal_Philosophy_in_Guattaris_Major_Writings_2025_Upcoming_Book_Monograph_

 

Samedi 13 avril :
13hs Argentina, Uruguay, Chile, Brasil y Paraguay
10hs México y Costa Rica
17hs Francia

Par zoom :
https://us02web.zoom.us/j/6416703269
(Activité libre)